En septembre 2016,  je rassemble un groupe de réflexion, afin de Cocréer le projet Réinventer le Bonheur au travail, que je ne prétendrais porter seule! L’intérêt des membres de ce groupe est de faire une différence, de changer la tendance, de faire de nos milieux de travail des lieux ou le Bonheur au travail est présent.

Première démarche du groupe est de lancer un sondage afin de connaître les intérêts et préoccupations de notre réseau à ce sujet. Nous voulons valider notre perception, savoir si le Bonheur au travail est un mythe ou une réalité. Nous voulons mettre à profit l’intelligence collective pour faire une différence dans nos milieux de travail, afin de coconstruire un mouvement autour du Bonheur au travail.

Je vous présente ici les membres de ce comité de travail:

Des résultats de notre sondage

En novembre 2016, un groupe de travail volontaire et passionné du bonheur au travail lance un sondage pour en savoir plus sur vous, votre opinion et vos idées concernant le bonheur au travail. Au total, 156 personnes ont répondu à l’appel. Parmi ces répondants, 72% sont des femmes et 28% des hommes. Voici quelques conclusions de cette étude préliminaire.

Nous avons été surpris de constater qu’une partie considérable des répondants ne sont pas heureux au travail (35%). Mais, que pourrions-nous faire pour améliorer ce niveau de bonheur au travail? Selon nos répondants, nous pourrions voir à diminuer les irritants qui sont occasionnés par le style de gestion et les relations de travail malsaines, ainsi que reconnaître davantage le bon travail de tout un chacun.

Selon la grande majorité, le bonheur au travail est une responsabilité partagée entre l’employeur et l’employé (94%).  D’un point de vue personnel, la majorité de nos répondants (56%) jugent que leur attitude personnelle peut accroître leur bonheur au travail, alors que pour d’autres, leur implication au travail et dans les prises de décisions aurait une influence.

D’un point de vue de l’employeur, les employés mentionnent que celui-ci pourrait favoriser leur bonheur s’il y avait une amélioration au niveau de la communication (25%). Soit une communication plus authentique et claire et surtout, une écoute et de l’ouverture de la part des dirigeants. De plus, 21% des répondants ont mentionné que d’avoir des rôles et des responsabilités alignés avec leurs intérêts, leurs compétences et leurs aspirations favoriseraient leur bonheur au travail et 16% ont répondu souhaiter davantage de reconnaissance.

Globalement, nous pouvons donc mentionner qu’il y a encore du travail à faire pour que les gens soient heureux au travail, mais que nous sommes de plus en plus conscients de l’importance de ce bonheur au travail.

Certains éléments plus précis favorisant le bonheur au travail peuvent varier d’une personne à l’autre. Par contre, nous pouvons conclure que pour être heureux au travail, il importe d’avoir une bonne communication entre employé et employeur pour identifier des moyens concrets d’améliorer les conditions de travail. Le bonheur au travail n’est donc pas un mythe, car il y a des moyens de l’atteindre!

Pour tous commentaires ou questions à propos de cet article, n’hésitez pas à communiquer avec nous au courriel suivant: bonheurtravail@gmail.com

Le groupe s’est agrandi, à l’écriture de ce texte un événement simultané dans 3 villes est prévu le 20 mars 2017. Pour nous suivre, pour coconstruire avec nous ce projet suivez notre groupe Bonheur au travail: co-créer pour co-s’outiller.

#bonheurautravail

#cocreation

Article collaboratif

Nathalie Fortin, Marie-Claude Doré, Diane Chabot, Geneviève Gagné, Cynthia Lavoie et Gaston Lafleur

Nathalie FORTIN Cocréatrice de changement