Madame et Monsieur Bienveillant, nouvellement employés dans la Compagnie Malsaine inc., ont proposé à leur patron, M. Découragé, de créer un code de conduite. Ce code de conduite placerait l’humain au centre de ses préoccupations, sous le signe de la bienveillance.

En effet, travaillant depuis peu pour la Compagnie Malsaine inc., ils ont vite constaté que leur nouveau milieu de travail était toxique et que les méthodes de gestion étaient désuètes. Ils ont aussi constaté que Madame Anxiété et Monsieur Stress n’avaient pas de mauvaises intentions, mais que pourtant, ce qu’ils faisaient nous démontrait l’inverse. Vous pouvez relire le début de cette aventure ou je vous partageais ma  rencontre avec Madame et Monsieur Bienveillant.

Voyez l’espace de réflexion menant Madame et Monsieur Bienveillant à la conception de ce code.

SE DOTER D’UN LANGAGE COMMUN POUR LA CRÉATION D’UN CODE DE BIENVEILLANCE

Gracieuse et Clément s’assoient ensemble afin de réfléchir à ce code de conduite et se questionnent à savoir par où commencer cette aventure.

Ensemble, ils déterminent qu’il serait pertinent qu’ils se dotent d’un langage commun. Ils prennent papiers et crayons et débutent leur travail.

Un code de conduite sert habituellement à transmettre les valeurs et les pratiques de l’organisation. En effet, nous devrions se baser sur les valeurs organisationnelles et les pratiques à adopter les uns envers les autres. C’est intéressant, car nous nous baserons plutôt sur l’organisation!

Quand on parle de pratique organisationnelle, on parle en fait des règles, des conventions et des règlements. Gracieuse et Clément se disent qu’au premier regard, cela semble plutôt restrictif, voire peu attractif.

De plus, c’est d’un code de bienveillance dont il est question. Un code de bienveillance qui a pour but de placer l’humain comme prémisse. Pour le rendre attractif, peut-être que nous pourrions le dessiner?

On s’entend à propos de la bienveillance? C’est de démontrer de bonnes dispositions envers autrui et de viser son bien-être, son bonheur. Dans l’univers du travail, c’est en quelque sorte de s’assurer que l’autre va bien. Pour se faire, je dois aussi m’assurer que JE vais bien d’abord et avant tout.

Tout comme dans le concept de conjuguer l’organisation, l’un a un impact sur l’autre! Le JE apporte ses connaissances et ses compétences au service du NOUS et donc, d’un travail à accomplir. Si nous transposons à la bienveillance,JE est bienveillant envers lui et aussi envers le NOUS. Il conjugue la bienveillance.

Mais concrètement, comment conjuguer la bienveillance?

Gracieuse se remémore à ce moment un article qui traitait d’un livre intitulé Au travail ça roule. Cet article faisait l’analogie avec une balade à vélo. À travers les quatre haltes, la réflexion amenait à prendre conscience de notre responsabilité individuelle et collective qui touche la bienveillance. Voici en résumé ces quatre haltes:

 

PERSONNELLE

  • Le sens du travail
  • Le sentiment de compétence
  • La motivation, l’engagement, le plaisir
  • L’apprentissage et l’accomplissement
  • L’authenticité
  • L’attitude positive
RELATIONNELLE

  • Le respect
  • L’encouragement
  • La reconnaissance et la collaboration
ORGANISATIONNELLE

  • La vision, la mission et les valeurs assumées
  • Le milieu physique adéquat
  • Les conditions de travail convenables
  • La charge de travail équilibrée
D’ENGRENAGE

  • La clarté des rôles
  • La communication
  • La confiance

 

CONSTRUIRE UN CODE DE BIENVEILLANCE

Gracieuse et Clément sont en accord, leur code de bienveillance sera sous le concept de conjuguer l’organisation. C’est avec une préoccupation du JE et du NOUS qu’il sera composé.

Comme le travail d’équipe contient 4 haltes, ces dernières serviront d’inspiration pour cette écriture, le tout comme toile de fond de la responsabilité individuelle et collective.

C’est ainsi que Madame et Monsieur Bienveillant décident de dessiner leur code.

Ensuite, ils devront réfléchir à son application, mais surtout à l’adhésion de tous à celui-ci!

LA BIENVEILLANCE C’EST LE MODE PRÉVENTIF, MAIS SI JE NE VAIS PAS BIEN

En attendant que notre code soit construit, il importe d’informer les employés qu’ils peuvent obtenir des informations et  des conseils s’ils sont face à l’une des situations suivantes:

  • Vous traversez une situation qui vous fait vivre de l’anxiété.
  • Vous avez des inquiétudes pour un proche.
  • Vous vivez des difficultés dans votre famille ou votre couple.
  • Vous vivez un deuil.
  • Vous avez des questions concernant d’autres situations ou comportements qui vous inquiètent.

L’Info-social 811 est là pour eux! C’est un service gratuit, confidentiel disponible 24 heures par jour, et ce, à l’année! Ils peuvent répondre aux diverses questions et surtout vous référer au bon endroit!

Pour les hommes, il est possible aussi de parler à un intervenant partout en Chaudière-Appalaches via l’organisme Partage au masculin. Encore une fois c’est gratuit!

 

À nos crayons vers ce code de bienveillance!

 

#bienveillance #bonheurautravail #creativite

Nathalie FORTIN Cocréatrice de changement